À cordes et accordéon

Lundi 21 novembre à 20h00

BOCHERINI : Quintette avec contrebasse op. 39 en fa majeur

BACH : Concerto pour clavier n°5 en fa mineur (version accordéon)

PIAZZOLLA : Loving & Fear (extraits de Five Tango Sensations)

PIAZZOLLA : Oblivion pour quintette à cordes

GALLIANO : Opale concerto pour quintette à cordes et accordéon

Mary Randles, violon

Laura Jaillet, violon

Isabelle Mension, alto

Gaël Seydoux, violoncelle

Simon Terrisse, contrebasse

Thomas Chedal – Bornu, accordéon

En route pour un tour du monde en 90 minutes : de Madrid avec Bocherini jusqu’à Leipzig pour rencontrer le Cantor. Puis traverser l’Atlantique pour goûter aux charmes de Buenos Aires et, enfin, retrouver Toulouse, ville liée à l’histoire du tango, avec Richard Galliano. Que de sensations fortes en perspective ! Plus de frontières entre musique « sérieuse » dite classique et musique d’esprit plus populaire avec l’accordéon : enfin réconciliées, viva la musica !

J. Farenc

Réservez vos places directement via notre billetterie en ligne Festik,
ou consultez notre page dédiée aux réservations

Les musiciens

Mary Randles, violon

Née à Schenectady, New-York aux Etats-Unis, Mary a commencé ses études de violon à 5 ans. A 16 ans, elle gagne le premier prix du concours Anthony-Stephen. L’année suivante, elle est sélectionnée pour participer au New-York String Smeinar sous la direction d’Alexandre Shneider. Elle obtient ainsi une bourse afin de poursuivre ses études à la Juilliard School de New-York.

Là-bas, elle reçoit l’enseignement des célèbres professeurs Margaret Pardee et Felix Galimir, ainsi que des membres des Juilliard et Guarneri quartets.

En même temps, Mary fait la connaissance de nombreux musiciens français qui lui suggèrent de tenter l’aventure vers l’Europe. Après trois mois passés en Italie dans l’orchestre de Parme, elle est nommée violoniste au sein de l’Orchestre national du Capitole de Toulouse en 1988, où elle est actuellement titulaire.

Par ailleurs, au sein de diverses formations, elle enrichit son art grâce à la musique de chambre, trouvant ainsi un équilibre pour s’exprimer plus personnellement.

Laura Jaillet, violon

Laura Jaillet commence le violon à l’âge de sept ans. Après avoir étudié au Conservatoire de Dole et de Dijon, elle part se perfectionner en Finlande, à Turku puis à l’Académie Sibelius d’Helsinki où elle obtiendra son Bachelor en 2011 dans la classe d’Alexander Vinnitski.

Elle décide ensuite de poursuivre ses études en Allemagne, tout d’abord à la Musikhochschule de Detmold dans la classe d’Elina Vähälä puis à la Musikhochschule de Mannheim dans la classe de Marco Rizzi où elle obtiendra son Master en 2014.

Passionnée par la musique de chambre elle se produira en concert avec le quatuor Talich, les Solistes du Metropolitan Opera de New York, le Scharoun Ensemble de l’Orchestre philharmonique de Berlin ainsi qu’avec 

 son quatuor Althea et son trio Taraxis, avec lesquels elle aura l’opportunité de se perfectionner grâce aux conseils des quatuors Alban Berg, Prazak, Auryn, Danel et Manfred.

Parallèlement, elle intègre de 2010 à 2012 l’Orchestre des jeunes de l’Union Européenne sous la direction de V. Ashkenazy puis poursuit dans la voie orchestrale en tant que co-soliste à l’Orchestre du Teatro San Carlo à Naples, puis violon solo à l’Orchestre du Teatro Lirico de Cagliari en Sardaigne. Elle sera membre pendant deux années de l’Orchestre de la radio de Saarbrücken en Allemagne avant d’intégrer en septembre 2017 l’Orchestre national du Capitole de Toulouse.

Isabelle Mension, alto

C’est dans son petit village de Champagne qu’Isabelle découvre la musique. Baignée dans une ambiance familiale de fanfare et de clairon, elle échappe de justesse à son destin de saxophoniste en découvrant l’alto : elle suit ses études au Conservatoire national de Versailles avec Paul Hadjaje, où elle obtient un premier prix, avant de se perfectionner auprès de Bruno Pasquier, Serge Collot et Dominique Hoppenot à Paris.

Le goût de l’aventure la conduit pour trois ans au Venezuela. Elle est nommée alto solo de l’Orchestra Filarmonica International de Mérida, puis alto solo de l’Orchestra Filarmonica de Caracas ; elle est également altiste du Quatuor international de Mérida, découvrant pour le quatuor à cordes une passion qui ne la quittera plus et à laquelle elle se livrera au sein de diverses formations.

De retour en France en 1984, elle intègre l’Orchestre national du Capitole de Toulouse en tant qu’altiste. Elle se laisse à nouveau emporter par son amour pour la musique de chambre en fondant le Quatuor Cordes et Âmes avec trois amis musiciens également passionnés par le quatuor à cordes, par son caractère intimiste et par la communion vibrante qu’il permet avec le public.

La belle amitié partagée qui règne au sein du quatuor « Cordes et Âmes », qui est au cœur et à l’origine de cette nouvelle aventure, apporte cette délicieuse complicité qui rend encore plus vivante l’expression de son art.

Gaël Seydoux, violoncelle

Gaël Seydoux débute le violoncelle à Saint-Étienne. En 1999 il obtient un D.N.E.S.M. mention très bien au Conservatoire national supérieur de musique de Lyon dans la classe d’ Yvan Chiffoleau et Patrick Gabard. Sa collaboration avec le compositeur Colin Roche l’amène à créer plusieurs pièces qui lui sont dédiées : Carnet de bois de pin pour violoncelle seul, Réflexion I sur le Carnet pour violoncelle et ensemble de violoncelles, ainsi que La robe des choses pour violoncelle seul.

De 2000 à 2005, il est co-soliste de l’orchestre du Teatro Regio de Turin. Il joue régulièrement au sein de la Filarmonica 900 del Teatro Regio di Torino. De 2005 à 2006 il est membre de l’Orchestre symphonique de Mulhouse.

Depuis 2006 il est violoncelliste au sein de l’Orchestre national du Capitole de Toulouse. Depuis 1997, il est membre du quatuor de violoncelles Alexander avec lequel il enregistre en 2006 un disque consacré à la musique française contemporaine.

Simon Terrisse, contrebasse

Simon Terrisse commence la contrebasse à l’âge de 6 ans. Il intègre en 2012 la classe de contrebasse de Damien-Loup Vergne au C.R.R de Toulouse puis en 2017 celle de Cédric Carlier au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon. En parallèle, il se forme au métier de musicien d’orchestre dans les rangs de l’Orchestre Français des Jeunes en 2015 et 2016 puis au sein de l’Orchestre des Jeunes de l’Union Européenne en 2017.

Il obtient en 2016 le premier prix du concours de cordes d’Epernay, et est depuis 2018 contrebasse co-soliste de l’Orchestre National du Capitole de Toulouse.


Thomas Chedal-Bornu, accordéon

C’est avec Michèle Rouard, à l’âge de 8 ans puis André Thepaz, deux années plus tard, que Thomas Chedal Bornu joue ses premières notes d’accordéon et se passionne pour cet instrument. Grâce aux précieux conseils de Bruno Maurice (concertiste et professeur au C.N.R de Bordeaux), il obtient en 200- son D.E.M d’accordéon, et quatre ans plus tard son Diplôme d’État de professeur de musique dans la même discipline.

En 2010, il crée le SpiriTango Quartet. Avec cette formation constituée de ses amis : Fanny Stefanelli (violon), Fanny Azzuro (piano) et Benoît Levesque (contrebasse) ; il enregistrera 3 albums : « Rage » en 2012, « Chin Chin » en 2015 puis TrANsGressiOns » en 2018.

Ce dernier opus est un live qui regroupe des œuvres brésiliennes, latino-américaines, une version quartet de l’Opale concerto de Richard Galliano, un Tango de Graziane Finzi, des créations de jeunes compositeurs français : Matthieu Stefanelli, Alexandre Fontaines.

Au C.N.S.M de Paris, dans la classe de Max Bonnay, il se perfectionne durant cinq années ce qui lui permettra d’obtenir en 2013 le Master d’accordéon avec une mention Très bien. Cette même année, en compagnie du Quartet, il participe à une masterclass de Richard Galliano, expérience exceptionnelle et inoubliable tant humainement que musicalement. Thomas partage le scène régulièrement avec le pianiste Philippe Alègre dans un répertoire éclectique et enseigne l’accordéon au C.R.D de Châteauroux depuis novembre 2017.