Les interprètes 2016 – 2017

Catherine Alcoverro, mezzo-soprano
Née à Marseille, Catherine Alcoverro fait des études de musicologie à l’Université d’Aix-en-Provence avant d’entrer au Conservatoire National de Marseille dans la classe de Claude Méloni. En 1989, elle entre au CNIPAL. Elle intègre le Chœur du Capitole en 1991 et interprète des rôles de soliste. Elle chante en 1996 dans Louise de Gustave Charpentier et Il Trittico de Puccini. Elle est en 1997 la troisième Dame dans le Prince de Hambourg de Henze, Giovanna dans Rigoletto et la femme de chambre dans l’Affaire Makropoulos de Janacek (1999). Elle interprète également Annina dans la Traviata (1999) aux côtés de Leontina Vaduva, Glacha dans Katia Kabanova sous la direction de Sylvain Cambreling, Alice dans le Comte Ory mis en scène par Jérome Savary. Par ailleurs, elle était soliste dans la Petite Messe Solennelle de Rossini à l’Eglise de la Daurade de Toulouse et a repris différents soli dans le Chœur du Capitole, notamment Carmen.

Estelle Bartolucci, violon
Née à Paris, Estelle débute le violon à l’âge de 6 ans. Après des études au conservatoire de Toulouse où elle obtient un premier prix de violon et de musique de chambre, elle poursuit son cursus à la Schola Cantorum de Paris dans la classe de Jean Lenert.
Participant à l’orchestre de chambre qu’il a lui même créé, elle développe une réelle affection pour cette formation ainsi que pour l’orchestre symphonique.
Apres diverses expériences de remplacement au sein de l’Orchestre national de Lorraine et de l’Orchestre national de Montpellier, elle obtient un contrat à l’Orchestre national du Capitole de Toulouse en 2005. En 2010, elle réussit le concours de recrutement de L’Opéra national de Lorraine. Son attachement pour la ville rose la reconduit à Toulouse où elle intégrera officiellement l’Orchestre national du Capitole en 2013.

Léa Birnbaum, violoncelle
Née à Paris en décembre 1987, Léa Birnbaum est violoncelliste à l’Orchestre national du Capitole de Toulouse. Après quatre années d’apprentissage auprès de Philippe Muller et d’Ophélie Gaillard, elle suit un cursus classique au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris dans la classe de Roland Pidoux. Parallèlement, Léa bénéficie de l’enseignement de Frans Helmerson, David Geringas, Nathalia Gutman, Gary Hoffman, ou encore Ralph Kirshbaum. Elle a la chance de travailler pendant une année avec Karina Georgian au Royal Northern College de Manchester, dans le cadre du programme Erasmus.
Par la suite, elle se voit offrir une bourse intégrale lui permettant de partir se perfectionner à la Juilliard School de New York dans le département de musique ancienne. Elle joue alors dans l’ensemble Juilliard 415 sous la direction de William Christie, Jordi Savall, Mazaaki Suzuki ou encore Ton Koopman.
Depuis, Léa est invitée à se produire dans le monde entier au sein de diverses formations telles que TafelMusik, Clarion Music Society, l’Ensemble des Violoncelles de Paris, l’ensemble Pulcinella, New York Baroque Incorporated, l’Opéra de Paris, ou encore l’Orchestre du Centre national des arts du Canada. Elle joue également en sonate avec son frère Joseph, et fait partie du quatuor de violoncelles Seriosi Cello, qui vient d’enregistrer son premier CD.
Léa est lauréate de l’Adami et de la Société Générale 2012 et 2013.

Jean-Sébastien Borsarello, piano
Né en 1988 en région parisienne, issu d’une famille de musiciens, Jean-Sébastien Borsarello débute le piano dès l’âge de 5 ans, puis découvre la percussion à 13 ans avec Alain Bouchaux.
Passionné par la richesse et la diversité d’instruments qui constituent la percussion, il intègre rapidement le Conservatoire régional de Paris en 2003 dans la classe de Frédéric Macarez et Eric Sammut. Parallèlement, il poursuit ses études de piano avec Philippe Rausch et se spécialise dans la classe d’accompagnement au piano de Lucile Steunou.
En 2008, il remporte un Premier Prix au Concours International de timbales de Paris et représente
le C.R.R. de Paris auprès de la fondation Renaud-Zurfluh. En 2009, ayant obtenu ses diplômes d’études musicales de percussion et de marimba au C.R.R. de Paris, il intègre le Conservatoire national supérieur de musique de Lyon dans la classe de percussion de Jean Geoffroy et en sort diplômé en mai 2011.
Également très tôt passionné par l’orchestre, il reçoit les conseils des percussionnistes ou timbaliers Rainer Seegers (Berliner Philharmoniker), Yves Brustaux (Suisse Romande), Francis Petit, Jean-Claude Gengembre, Renaud Muzzolini, Emmanuel Curt et François Desforges (Paris), Bernard Boellinger (Marseille).
Membre de l’Orchestre français des jeunes en 2008 et 2009, dirigé par Dennis Russell Davies et Kwamé Ryan, et de l’Orchestre Prométhée de 2008 à 2010, il est nommé en mars 2010 au poste de Percussion jouant le célesta à l’Orchestre national du Capitole de Toulouse, dirigé par Tugan Sokhiev, ce qui lui permet de jouer dans de prestigieuses salles de concert comme le Musikverein de Vienne, le Teatro Colón de Buenos Aires, le Suntory Hall de Tokyo, la Cité interdite de Pékin, la Philharmonie de Paris, le Théâtre Marinsky de St Petersbourg.
Depuis juillet 2014, il est Timbalier solo de l’Orchestre national du Capitole de Toulouse.
Enfin, il se produit de temps à autre au sein de formations de musique de chambre, à Toulouse et dans sa région, au piano ou aux percussions, et crée en 2011 un duo flûte et marimba avec Sandrine Tilly, flûte solo de l’Orchestre national du Capitole de Toulouse.

Thibault Buchaillet, percussions
Né en 1985, Thibault Buchaillet commence la percussion à l’âge de 10 ans au C.N.R. de Nantes dans la classe d’Hédy Réjiba où il obtiendra son D.E.M. en 2003. Après deux années d’études avec Francis Brana à l’E.N.M. de Créteil, il intègre la classe de Jean Geoffroy au C.N.S.M.D. de Lyon en 2005.
En parallèle, il joue régulièrement en tant que musicien supplémentaire dans différents orchestres (Orchestre et Opéra National de Lyon, Orchestre National des Pays de la Loire, Orchestre symphonique de St-Etienne…). Il obtient son master de percussion en juin 2010.
Percussionniste au sein de la musique des Équipages de la flotte de Brest puis de Toulon entre 2008 et 2012, il occupe actuellement le poste de percussion co-soliste à l’Orchestre National du Capitole de Toulouse.

Benoît Chapeaux, violoncelle
Benoît Chapeaux est né en 1976 à Dijon. Il commence l’étude du violoncelle à l’âge de six ans à l’E.N.M. de Chambéry et obtient une médaille d’or à l’unanimité quelques années plus tard. Il travaille en parallèle, dès l’âge de dix ans, avec K. Heitz. Il poursuit ses études à l’École normale de musique Alfred Cortot (classe de G. Fleury) qui le marquera très fortement dans l’apprentissage de son instrument par les influences de ses maîtres P. Fournier et G. Hekking. À l’issue de son passage à Paris, il obtiendra les diplômes supérieurs d’exécution et d’enseignement à l’unanimité. En 1995, il rentre dans la classe d’Y. Chiffoleau et P. Gabard au C.N.S.M. de Lyon. Il obtient quatre ans plus tard son D.N.E.S.M. (mention très bien).
Il consacre son temps depuis à sa passion pour l’orchestre et se produit à l’Orchestre national de Lyon, l’Orchestre de l’Opéra de Lyon et l’Orchestre de Paris. Il reçoit les encouragements de M. Janowski et M. Plasson, ce qui lui permettra de venir travailler régulièrement à l’Orchestre National du Capitole de Toulouse.
Benoît Chapeaux rejoint les rangs de l’Orchestre national du Capitole de Toulouse en 2003, à l’issue du concours de violoncelle tuttiste. En parallèle il suit les cours de perfectionnement de Lluis Claret.
En 1996, il fonde le Quatuor Alexander, quatuor de violoncelles avec Gaël Seydoux, Luc Dedreuil et Jérôme Lefranc. Ils se produisent dans divers festivals en région Rhône-Alpes, Bretagne, Picardie, Île de France, Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon. Ils reçoivent les conseils de François-René Duchâble. Ils enregistrent un disque consacré à la musique contemporaine sous le label Polymnie (Intégrale distribution) récompensé par Le Monde de la musique. Ils sont les dédicataires de Après : Ein… Es Praeludium de Gilbert Amy.

Thomas Dazan, violoncelle
Thomas Dazan commence le violoncelle à l’âge de 7 ans à l’école de musique d’Annonay avant d’intégrer en 1996 le C.N.R. de Lyon dans la classe d’Augustin Lefebvre, où il obtient un D.E.M. mention très bien à l’unanimité en 2001 et est reconnu « talent de l’année » par la Société philharmonique de Lyon. Il travaille par la suite avec Xavier Gagnepain au C.N.R. de Boulogne-Billancourt puis avec Yvan Chiffoleau au C.N.S.M. de Lyon, où il finalise ses études musicales en 2009 grâce à un D.N.E.S.M. de violoncelle mention Très Bien. Il est également lauréat du concours national du jeune musicien de Lempdes où il remporte un premier prix et un prix spécial du jury. Il obtient en 2010 un poste de violoncelliste tuttiste à l’Orchestre national du Capitole de Toulouse, et se produit régulièrement dans diverses formations de musique de chambre dans la région toulousaine, mais consacre également une partie de son temps au jazz et aux tendances actuelles, dans des domaines tels que la chanson française ou la musique électronique.

Marion Deleplancque, basson
Marion Deleplancque commence le basson au Conservatoire de Brive-la-Gaillarde, dans la classe de Frank Vassallucci, puis au C.R.R. de Limoges où elle obtient son D.E.M. de basson français (avec U.V. contrebasson) ainsi que son prix de musique de chambre, mention « très bien à l’unanimité ».
Elle est ensuite admise au C.N.S.M.D. de Lyon dans la classe de Julien Hardy et obtient sa licence mention « très bien » en juin 2011, puis elle effectue deux années de Master dans la classe de Julien Hardy.
Elle obtient le poste de Contrebasson solo jouant le second basson à l’Orchestre des concerts Colonne en février 2011.
Depuis septembre 2012, elle est Contrebasson jouant le second Basson à l’Orchestre national du Capitole de Toulouse.
Marion Deleplancque est appelée à jouer dans d’autres formations comme l’Opéra de Limoges, l’Orchestre symphonique régional du Limousin, l’Opéra de Tours, l’Orchestre de Pau Pays de Béarn, L’Opéra de Saint-Étienne, ainsi que l’Orchestre national de France.

Fabien Dornic, trombone
Né en 1974 en région parisienne, Fabien Dornic débute le trombone auprès de Georges Conti, puis intègre la classe de Pierre Ambach au Conservatoire de Versailles. Il se perfectionne ensuite à Saint-Maur avec Stefan Legée qui lui fait découvrir la sacqueboute. Il intègre en 1999 la classe de sacqueboute de Daniel Lassalle au C.N.S.M. de Lyon.
En 2003 il obtient son diplôme d’Études Supérieures. Au cours de ces années lyonnaises il rencontre Frédéric Potier, professeur de trombone basse, qui le décide à continuer ses études. C’est ainsi qu’il est admis dans sa classe au C.N.S.M.D de Lyon, en 2005, pour en sortir deux ans plus tard avec un nouveau prix.
Depuis plusieurs années, il se produit régulièrement avec de nombreux ensembles baroques tels que Les Sacqueboutiers, l’Écurie et la Chambre du Roy, Le Concert d’Astrée, Le Concert des Nations, La Chambre Philharmonique, Europa Galante…
Fabien Dornic a également été invité à jouer au sein d’orchestres comme celui de l’Opéra de Paris, l’Opéra de Lyon, l’Orchestre national Bordeaux-Aquitaine, l’Orchestre national de Lille, l’Opéra de Marseille, l’Orchestre philharmonique de radio France.
En 2013, après avoir occupé le poste de trombone basse de l’Orchestre Lamoureux puis de l’Orchestre Pasdeloup, Fabien Dornic est nommé trombone basse de l’Orchestre national du Capitole de Toulouse.

Laura Ensminger, alto
Née en 1989 à Marseille, Laura Ensminger débute l’alto à l’âge de six ans, et obtient son D.E.M. onze ans plus tard. Après des études générales et l’obtention d’un baccalauréat scientifique, elle s’oriente vers le métier de musicienne et poursuit ses études au C.R.R. de Rueil-Malmaison, puis au C.N.S.M.D. de Lyon, dans la classe de Françoise Gnéri. Elle y développe également sa pratique de la musique de chambre, notamment en quatuor, et suit les conseils de Zoltan Toth et Reiko Kitahama. Elle participe parallèlement à de nombreuses sessions au sein de divers orchestres de jeunes (O.F.J., Orchestre Gustav Mahler). Elle effectue en 2011-2012 un séjour Erasmus très enrichissant à Lübeck en Allemagne, dans la classe de Barbara Westphal. Durant cette période, elle est également stagiaire à l’Orchestre N.D.R. de la radio, à Hambourg. Depuis février 2013, Laura Ensminger fait partie de l’Orchestre national du Capitole de Toulouse en tant qu’altiste tuttiste.

Florence Fourcassié, flûte
Originaire de Toulouse, Florence Fourcassié se perfectionne dans les conservatoires de Boulogne Billancourt et du Xème arrondissement de Paris, avant d’être admise au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, où elle obtient ses premiers prix de flûte et de musique de chambre en 1990 (classe d’A. Marion et R. Guiot).
Après avoir travaillé dans les orchestres d’Avignon et Nice, elle est intégrée à l’Orchestre national du Capitole en 1992, au poste de seconde flûte, et passe une saison comme flûte solo à l’orchestre de l’Opéra de Lyon, avant de retrouver ses racines à Toulouse.

Aymeric Fournes, trombone
Aymeric Fournes est né en Ariège. Il commence le trombone dès son plus âge, motivé par son grand-père alors professeur à l’école de musique de Lavelanet. Il poursuit son apprentissage au Conservatoire de Toulouse avec Daniel Lassalle et David Locqueneux grâce à qui il découvre sa passion pour la musique.
Il étudie ensuite au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Lyon, dans la classe de Michel Becquet en trombone et en sacqueboute dans la classe de Daniel Lassalle.
Pendant ses études il est repéré par le talentueux chef d’orchestre Philippe Fournier qui lui permet d’intégrer l’Orchestre symphonique Lyonnais. Il intègre ensuite pour une saison l’Orchestre de Pau Pays de Béarn.
En 2012 il rentre à l’Orchestre national du Capitole de Toulouse.
Artiste touche à tout, Aymeric fait partie du groupe Funky Style Brass et se produit avec l’ensemble Baroque des Sacqueboutiers de Toulouse.

Juliette Gil, alto
Après ses études au C.N.R. d’Angers, elle entre au C.N.S.M. de Paris où elle obtient une première médaille de solfège spécialisé (classe de Jacqueline Lequien), un premier prix d’alto (classe de Serge Collot) et un premier prix de musique de chambre (classe de Christian Lardé). Elle y étudie également l’harmonie et le contrepoint et participe aux cours de musique de chambre de Jacques Parrenin, David Walter, Maurice Bourgues et Roland Pidoux. Professeur à l’école de musique de Mulhouse, titulaire du C.A., elle entre à l’Orchestre national du Capitole de Toulouse en 1993 et participe à de nombreux concerts de musique de chambre en région toulousaine.

Pierre Gil, violoncelle
Pierre Gil commence ses études musicales au C.N.R. de Bayonne où il suit les cours de Jacques Doué. Il obtient très jeune les médailles d’or de solfège, musique de chambre et violoncelle. En 1984, il entre au C.N.S.M. de Paris où il étudie le violoncelle avec Philippe Muller et la musique de chambre avec Maurice Bourgue, Jacques Parrenin et Roland Pidoux. Il y obtient deux premiers prix en 1988. Durant cinq ans, il est violoncelliste à l’Orchestre symphonique du Rhin à Mulhouse. Il participe à de nombreux concerts dans la région : il est violoncelle solo de l’orchestre de chambre La Folia et membre fondateur du Quatuor Arkan. Depuis 1994, il est violoncelle solo de l’Orchestre national du Capitole de Toulouse.

Marie Girbal, violoncelle
Marie Girbal débute le violoncelle au Conservatoire d’Amiens dans la classe de Michel Poulet et poursuit ses études musicales au sein du Pôle supérieur de Paris dans la classe de Xavier Gagnepain. Elle se perfectionne ensuite à la Royal Academy of Music de Londres, en étant parallèlement académiste au London Symphony Orchestra et obtient en 2012 son Master avec distinction.
Passionnée de musique de chambre et d’orchestre, Marie se produit sur les grandes scènes et festivals internationaux au sein entre autres du Gustav Mahler Jugendorchester en tant que violoncelle solo. Elle joue sous la baguette de grands chefs tels que Bernard Haitink, Sir Colin Davis, Daniele Gatti, au Musikverein de Vienne, Concertgebouw d’Amsterdam, Royal Albert Hall à Londres, Festival de Salzburg, etc. Elle est également invitée à participer à des académies de musique de chambre et masterclasses internationales telles que l’Académie de Santander en Espagne, et l’Académie Gustav Mahler en Italie, où elle reçoit des masterclasses de Wolgang Boettcher, Ivan Monighetti, Miklos Perenyi, Arto Noras. Marie a été membre de l’Orchestre national de Belgique et de la Young European String Camerata de 2012 à 2014 et a récemment intégré l’Orchestre national du Capitole de Toulouse.

Sébastien Gisbert, percussions
Né le 24 Octobre 1987, Sébastien Gisbert commence la batterie à l’âge de 5 ans au sein de l’École de musique de Capestang (Hérault). Son envie de progresser dans l’apprentissage des percussions l’amène à intégrer le conservatoire de Béziers (Hérault). A 14 ans, il entre au Conservatoire National Régional de Toulouse (Haute-Garonne), dans la classe de Michel Ventula.
Dès lors, il découvre la musique classique et contemporaine de haut niveau, et obtient le Diplôme d’Études Musicales (DEM) ainsi que d’autres prix nationaux et internationaux comme le Diplôme National Supérieur Professionnel de Musique (DNSPM) à l’institut Supérieur des Arts de Toulouse.
Parallèlement à son cursus, il développe également une passion pour toutes sortes de musiques à travers ses voyages, et découvre diverses percussions ethniques (cubaines, africaines, indiennes…).
La recherche de sonorités toujours différentes, le pousse à intégrer des formations de tout style : World Music, Latin, Classique, Jazz, Rock, Contemporain, Variété… Il évolue dans diverses formations: l’Orchestre National du Capitole, l’Orchestre Symphonique Tunisien, le Toulouse Wind Orchestra, les Sacqueboutiers de Toulouse, le Funky Style Brass, le Daltin Trio, Loud Cloud, Daniel Guichard…
Pour la saison 2016/2017, il devient artiste associé avec la Scène Nationale d’Albi. Il intègre en 2016 le pôle Danse à l’Institut Supérieur des Arts de Toulouse comme percussionniste accompagnateur.

Sarah Iancu, violoncelle
Sarah Iancu commence ses études musicales avec André Fabre au conservatoire de Montpellier.
Elle étudie par la suite avec Roland Pidoux au C.N.S.M. de Paris où elle obtient à l’unanimité les premiers prix de violoncelle et de musique de chambre (A. Meunier), et poursuit sa formation avec Lluis Claret.
Choisie par le monde de la musique comme « l’une des meilleures violoncellistes de sa génération », Sarah Iancu est lauréate de nombreux concours internationaux dont le prestigieux concours Rostropovitch en 1997 où elle obtient le prix du Fond instrumental français. Elle gagne la même année le premier prix Valentino Bucchi à Rome. Citons également les premier prix du Tournoi de Musique à Bari, et deuxième prix des Jeunesses musicales Romania à Bucarest.
Elle devient violoncelle solo de l’Orchestre national du Capitole de Toulouse en 2002, et poursuit parallèlement une riche activité de musique de chambre (régulièrement en duo avec David Bismuth) et de soliste (Orchestre national du Capitole de Toulouse et Tugan Sokhiev, Orchestre national de la Radio roumaine). Elle est régulièrement invitée par France Musique. Elle enregistre avec Sonia Wieder-Atherton le dernier disque Monteverdi (Vita) chez Naïve.

Olivier Lachurie, trombone
Né en 1980 à L’Union dans la Haute-Garonne, il étudie le trombone au Conservatoire à rayonnement régional de Toulouse avec Jean-Pierre Mathieu, Daniel Lassalle et David Locqueneux. Il obtient un premier prix de trombone et de musique de chambre en juin 2000. Titulaire du C.A. de professeur de trombone, il est actuellement professeur aux conservatoires de Toulouse et de Carcassonne.
Parallèlement à son activité d’enseignant, Olivier Lachurie est un musicien passionné aux multiples facettes jouant aussi bien avec des orchestres de musique classique, de jazz ou baroque. Il collabore notamment avec l’Orchestre national du Capitole de Toulouse, Hesperion XXI de Jordi Savall, l’Orchestre de chambre de Toulouse, l’Ensemble baroque de Toulouse, les Sacqueboutiers de Toulouse, l’Orchestre René Coll, Big Band Brass, Tuxedo Big Band, Big Band 31. Il accompagne en concert Richard Galliano, Pauline Esther, Michel Leeb, David Lynx, Juliette, Art Mengo, Émile et Image…

Daniel Lassalle, trombone
Daniel Lassalle a acquis une réputation internationale de premier plan, à la fois comme tromboniste et comme joueur de sacqueboute, deux instruments qu’il pratique avec une virtuosité et une musicalité rares.Il a obtenu un premier prix de trombone à l’unanimité du Conservatoire national supérieur de Paris. Un diplôme de professeur de musique et un certificat d’aptitude aux fonctions de professeur de trombone ont complété sa formation pédagogique en 1984 et 1992.Il est actuellement professeur de sacqueboute au C.N.S.M.D. de Lyon et professeur de trombone au C.R.R. de Toulouse.Sa carrière d’interprète a débuté très tôt, puisqu’il a rejoint Les Sacqueboutiers en 1981, alors qu’il n’avait pas encore quinze ans. Outre son rôle clé comme membre permanent de cet ensemble, il collabore avec les meilleures formations de musique ancienne telles que l’Ensemble vocal de Genève et Michel Corboz, la Grande Écurie et la Chambre du Roy et Jean-Claude Malgoire, la Chapelle Royale et Philippe Herreweghe, Hesperion XXI et Jordi Savall, l’Ensemble Clément Janequin et Dominique Visse.

Sébastien Laurens, violoncelle
Né en 1984, Sébastien Laurens débute le violoncelle à l’âge de sept ans et intègre le Conservatoire de Toulouse en 1996 dans la classe d’Annie Cochet. Il obtient en 2002 un premier prix mention très bien. Il poursuit ses études au Conservatoire national de région de Lyon dans la classe d’Augustin Lefebvre avec qui il suit un cycle de perfectionnement. En 2005 il est admis à la Haute École de Musique de Genève dans la classe de François Guye et obtient un diplôme de soliste en juin 2008. Il a également travaillé, lors de master classes, avec des musiciens de renom tels que Frans Helmerson, Roland Pidoux, Anner Bylsma, Philippe Muller, Miklós Perényi, Yvan Chiffoleau. Parallèlement à ses études de violoncelle, il a suivi un cycle supérieur de quatuor à cordes sous la direction de Gabor Takacs-Nagy. Cette formation lui a notamment permis de travailler avec Henri Dutilleux sur son quatuor Ainsi la nuit, avec György Kurtág sur son quatuor Officium breve ainsi qu’avec les solistes du Berliner Philharmoniker au festival d’Aix-en-Provence. En août 2009, Il effectue une tournée au Japon durant laquelle il se produit avec Nobuko Imai, Frans Helmerson et Mihaela Martin. Sébastien Laurens est actuellement violoncelliste de l’Orchestre national du Capitole de Toulouse.

David Locqueneux, trombone
Après des études au Conservatoire de Valenciennes, David Locqueneux entre au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris. En 1996, il obtient un Premier prix de trombone à l’unanimité, ainsi que le prix spécial Antoine Courtois. La même année, il remporte le prix Pierre Salvi au Festival d’automne des jeunes interprètes et est nommé trombone solo à l’Orchestre national du Capitole de Toulouse avec lequel il s’est produit en soliste sous la direction de Michel Plasson.
Depuis septembre 1998, il enseigne au Conservatoire à rayonnement régional de Toulouse en qualité de professeur assistant de Daniel Lassalle. Grâce à cette rencontre, il découvre la sacqueboute et collabore régulièrement avec les ensembles de musique ancienne les Sacqueboutiers de Toulouse et Hesperion XXI de Jordi Savall.

François Lugue, cor
François Lugue commence le cor au Conservatoire à rayonnement régional de Nantes dès l’âge de 7 ans dans la classe de François Merand. Il étudie en parallèle le piano et intègre en 2011 le C.N.S.M. de Paris dans la classe d’André Cazalet (cor solo à l’orchestre de Paris). Il s’est déjà produit dans de nombreux orchestres en France tels que l’Orchestre centre Tours, l’Orchestre Pasdeloup, l’Orchestre des Pays de la Loire, l’Orchestre de Pau, etc.) mais aussi à l’étranger (Orchestre de l’Oural avec lequel il s’est produit aux Folles journées de Nantes, l’Orchestre de la Spira Mirabilis en Italie, ainsi que l’international Mahler orchestra en Allemagne). Il intègre en novembre 2013 l’Orchestre national du Capitole de Toulouse en tant que 2e/3e cor, sous la direction de Tugan Sokhiev.

Émilie Pinel, clarinette
Émilie Pinel a commencé ses études musicales dans le nord de la France, au sein des nombreux orchestres d’harmonie de cette région. Elle a gardé de cette expérience une passion pour la musique d’ensemble ; aussi, après avoir obtenu son prix du C.N.S.M.D de Lyon en juin 2008 dans la classe de Jacques Di Donato et Nicolas Baldeyrou, elle se produit dans diverses grandes formations françaises (Orchestre de Rennes, Orchestre national de Lyon, Opéra de Lyon, Orchestre national du Capitole de Toulouse, Orchestre national d’Ile de France, Orchestre national des Pays de La Loire, Orchestre Philarmonique de Radio France, Orchestre de Paris, Opéra de Paris), et joue sous la baguette de nombreux chefs (Yannick Nézet-Seguin, Tugan Sokhiev, Myung-Whun Chung, Pierre Boulez, Georges Prêtre). La musique de chambre fait partie de ses passions, elle est membre du quintette Coriolys, et participe à divers festivals (Printemps des sens à Gruissan, Lacoste, Sansaix, Musica Strasbourg, Aix-en-Provence, Orange). Elle intègre en mai 2008 l’Orchestre de la police parisienne, puis en 2009 la place de clarinette co-soliste à l’Orchestre Pasdeloup. Elle occupe depuis février 2012 le poste de petite clarinette solo à l’Orchestre national du Capitole de Toulouse.

Vincent Pouchet, violoncelle
Vincent Pouchet commence la pratique du violoncelle dans la classe de Patrick Gabard au Conservatoire national de région de Lyon d’où il sort avec une médaille d’or, mention très bien et les félicitations du jury. Au Conservatoire national supérieur de musique de Lyon, il remporte un premier prix de violoncelle à l’unanimité et son Diplôme d’études supérieures de musique. Entre 1990 et 1995, il rejoint plusieurs formations (Opéra de Lyon, Orchestre de chambre Lyonnais, l’Orchestre Tibor Varga en Suisse) et enseigne à l’école de musique de Chassieu. Il intègre le pupitre de violoncelles de l’Orchestre national du Capitole de Toulouse en 1995 où il occupe le poste de deuxième soliste depuis 2004.

Émilien Prodhomme, percussions
Né en 1985, il débute les percussions à l’âge de 6 ans avec Bruno Lemaitre, alors professeur en banlieue rennaise. Il intégrera par la suite le conservatoire régional de Rennes et la classe d’Olivier Fiard, jusqu’à l’obtention des premiers prix de Percussions, musique de chambre et formation musicale en 2002. Après deux années de perfectionnement au sein de l’E.N.M. de Créteil avec Francis Brana, il intègre la classe de Jean Geoffroy, Philippe Labadie et Henri-Charles Caget au C.N.S.M.D de Lyon, et obtient en 2010 un Master d’interprétation, mention très bien à l’unanimité. Passionné par le répertoire symphonique, il collabore régulièrement depuis 2003 avec différents orchestres français (Orchestre de Bretagne, Orchestre national de Lyon, Opéra national de Lyon, Orchestre de Paris, Orchestre national de France, Orchestre de l’opéra de Marseille). Après avoir occupé pendant quelques mois le poste de percussionniste au sein de l’Orchestre symphonique de Saint-Étienne, il est nommé percussionniste solo (2009), puis timbalier solo (2014)de l’Orchestre national du Capitole de Toulouse. Parallèlement à ses activités orchestrales, il porte un grand intérêt à la musique de chambre et participe à la création de l’ensemble « Achronik », trio de percussionnistes tourné vers le répertoire contemporain et la création. Depuis septembre 2010, il enseigne au pôle supérieur de Toulouse (ISDAT) aux côtés de Michel Ventula et Eric Sammut et Thibault Buchaillet.

Élise Robineau, violoncelle
Née en 1987, Élise Robineau étudie le violoncelle avec Hélène-Marie Foulquier au C.N.R. de Caen, puis avec Marc-Didier Thirault au C.N.R. de Reims où elle obtient son prix de violoncelle en 2005 et de musique de chambre en 2006. Admise la même année au C.N.S.M. de Paris au sein de la classe de Philippe Muller, elle est diplômée en 2010. Élise a eu l’opportunité de travailler avec Marc Coppey, Claire Désert, Cyrille Lacrouts et a participé à des master classes avec Gary Hoffman, Peter Bruns, Hatto Beyerle, Graciane Finzi. Elle s’est déjà produite avec l’Orchestre de Caen, l’Ensemble Fa, l’Ensemble Manifesto, l’Orchestre de Lille ainsi que l’Orchestre de l’Opéra de Paris. Élise a intégré l’Orchestre national du Capitole de Toulouse en 2009 et est désormais violoncelle co-soliste.

Louis Seguin, hautbois
Louis Seguin commence le hautbois au conservatoire du 13ème arrondissement de Paris dans la classe de Laurent Haquard et poursuit ses études au Conservatoire à rayonnement régional de Paris dans la classe de Jean-Claude Jaboulay.
En 2009 il est reçu au concours du C.N.S.M. de Paris dans la classe de Jacques Tys et obtient son prix 5 ans plus tard.
Après ses études, il a l’occasion de jouer avec des orchestres tels que le Gustav Malher Jugend Orchester, ainsi que l’Orchestre national Bordeaux-Aquitaine, l’Orchestre Centre Tours, l’Orchestre de chambre de Paris, l’Orchestre national d’Ile-de-France.
Il a également remporté de nombreux prix, notamment le premier prix au concours de l’UFAM et le prix de l’association française du hautbois à Montpellier.
Il occupe depuis septembre 2015 le poste de hautbois solo à l’Orchestre national du Capitole de Toulouse, sous la direction de Tugan Sokhiev.

Gaël Seydoux, violoncelle
Gaël Seydoux débute le violoncelle à Saint-Étienne avec M.-T. Heurtier et G. Perret. En 1999 il obtient un D.N.E.S.M. mention très bien au Conservatoire national supérieur de musique de Lyon dans la classe d’ Yvan Chiffoleau et Patrick Gabard. Sa collaboration avec le compositeur Colin Roche l’amène à créer plusieurs pièces qui lui sont dédiées : Carnet de bois de pin pour violoncelle seul, Réflexion I sur le Carnet pour violoncelle et ensemble de violoncelles, ainsi que La robe des choses pour violoncelle seul. De 2000 à 2005, il est co-soliste de l’orchestre du Teatro Regio de Turin. Il joue régulièrement au sein de la Filarmonica 900 del Teatro Regio di Torino. De 2005 à 2006 il est membre de l’Orchestre symphonique de Mulhouse. Depuis 2006 il est violoncelliste au sein de l’Orchestre national du Capitole de Toulouse. Depuis 1997, il est membre du quatuor de violoncelles Alexander avec lequel il enregistre en 2006 un disque consacré à la musique française contemporaine.

Floriane Tardy, clarinette
Originaire de Saint Marcellin (38) où elle débute la musique, Floriane poursuit ses études à Lyon avec Didier Reymond puis en région parisienne auprès de Florent Héau et Bruno Martinez. Elle intègre le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris en 2009 où elle obtient une licence de musique de chambre avec son quintette à vents Néodyme et en juin 2014 un master de clarinette à l’unanimité avec félicitations du jury au sein de la classe d’Arnaud Leroy et Philippe Berrod.
Lauréate du premier prix et du prix Pierre Salvi du Festival musical d’Automne des jeunes interprètes (FMAJI) en 2012, elle a pu se produire plusieurs fois en interprétant les concertos et pièces de virtuosité du répertoire de la clarinette. Elle a également été invitée en juillet 2015 à se produire en soliste lors du Congrès international de clarinette à Madrid.
Passionnée par l’orchestre, Floriane a joué au sein de l’Opéra de Rouen Haute-Normandie avant de rejoindre en janvier 2015 l’Orchestre national du Capitole de Toulouse en tant que clarinette solo.

Florent Tisseyre, percussions
Florent Tisseyre a suivi une formation musicale de percussion au C.R.R de Toulouse où il obtient, en 1999, un premier prix, mention très bien. Il y obtient également son diplôme d’état d accompagnateur option danse.
Depuis une dizaine d’années, il intervient comme accompagnateur des classes de danse du C.R.R de Toulouse. Il est également formateur à l I.S.D.A.T de Toulouse dans le cadre de la formation au diplôme d’état de professeur de danse. Il a également suivi une formation aux percussions latines, plus particulièrement afro-cubaines, auprès de G. Maldonado et du maître Javier Campos Martinez.
Parallèlement à ses activités d’enseignant, Florent Tissyere mène une brillante carrière d’interprète. Dans le domaine de la musique classique et plus particulièrement de la musique ancienne, il rejoint les Sacqueboutiers en 2005 et en devient l’un des membres réguliers. Il participe à leurs côtés à de nombreux concerts et enregistrements discographiques. Depuis 18 ans, il collabore aussi régulièrement avec l’Orchestre national du Capitole de Toulouse. Musicien éclectique, il navigue entre le jazz, la salsa, le funk et la musique caribéenne dont il rejoint souvent de nombreux ensembles.

Gaëlle Thouvenin, harpe
Gaëlle Thouvenin commence la harpe avec Annie Fontaine au C.N.R. de Boulogne , puis poursuit son apprentissage avec Marie-Claire Jamet et Francis Pierre au C.N.S.M. de Paris où elle obtient un premier prix de harpe à l’unanimité et un premier prix de musique de chambre dans la classe de Christian Lardé.
En 1993, admise en cycle de perfectionnement, elle y poursuit ses études avec Isabelle Moretti. Elle bénéficie également des précieux conseils de Catherine Michel, harpe solo de l’Opéra de Paris.
Entre 1994 et 1995, elle est finaliste du concours Charpentier et du concours international de Cardiff, Royaume-Uni, puis remporte le premier prix du concours Reinl à Munich et le troisième prix de Bloomington aux USA.
En 1996, elle est nommée Harpe Solo de l’Orchestre national du Capitole de Toulouse.
Depuis, elle partage son activité musicale entre les grands concertos pour harpe (Mozart, Ginastera, Rodrigo,…) et son attachement pour le répertoire plus intime de la musique de chambre.

Philippe Tribot, violoncelle
Né en 1961, il débute le violoncelle au Conservatoire national de région de Rouen dans la classe de Robert Duval. En 1978, il est admis au Conservatoire national supérieur de musique de Paris où il obtient les premiers prix de violoncelle (classe de B. Michelin) et de musique de chambre (classe de J. Parrenin). Il reçoit ensuite les conseils de Natalia Chakovskaya (successeur de M. Rostropovitch) et de Christoph Henkel (Hochschule de Freiburg). De 1983 à 1986 il est violoncelle-solo de l’Ensemble orchestral de Normandie et de l’Orchestre de chambre de Paris. Il partage alors ses activités entre l’orchestre avec lequel il jouera fréquemment en soliste (concertos de Dvorak, Schumann, Lalo) et la musique de chambre au sein du Trio Euterpe avec lequel il est invité dans de nombreux festivals. En 1987, il est nommé à l’Orchestre national du Capitole de Toulouse où il occupe le poste de co-soliste. Parallèlement, il continue ses activités de chambriste, notamment en sonate avec le pianiste Philippe Monferran et au sein du trio Equinoxe.

Sylvie Viviès, violon
Elle est toulousaine d’adoption depuis qu’elle est violoniste à l’Orchestre national du Capitole de Toulouse (1986). Après des études au C.N.R. puis au C.N.S.M. de Lyon, son diplôme obtenu, elle s’expatrie quelques mois à Philadelphie pour travailler avec Szymon Goldberg. Attirée par le répertoire de l’orchestre, elle participe à l’Orchestre des jeunes de la Communauté européenne avant de rentrer à l’Orchestre de l’Opéra de Lyon puis à l’Orchestre national du Capitole de Toulouse comme premier violon.

Christopher Waltham, violoncelle
Né outre-manche, il a trois ans quand, avec une indocilité certaine, il commence ses gammes au piano. Évoluant dans un milieu familial où la musique le dispute aux langues étrangères, il est emmené manu parentalis au stage-festival d’été de Dartington. C’est ici qu’il rencontre le charismatique Paul Tortelier, et le voici embarqué sur un long chemin violoncellistique. Il chante à la maîtrise de Cantorbéry, et s’en va à Oxford pour apprendre à écrire des fugues et des pièces décrétées injouables par le commun des mortels. Mais sa vraie passion, c’est la France, le Sud, s’entend, et tout naturellement, donc, il s’installe d’abord à Aix-en Provence et ensuite à Toulouse. Pour joindre l’utile à l’agréable, il devient musicien à l’Orchestre du Capitole, et coach de musique de chambre dans les établissements pédagogiques ad hoc.

Chiu-Jan Ying, violon
Née en 1986 à Taïwan, Chiu-Jan Ying débute le violon à l’âge de trois ans avec son père. Avant d’arriver en France en 2001 elle a remporté plusieurs concours à Taïwan.
Entrée en 2001 au C.N.S.M.D.P. dans la classe de Boris Garlitzky elle obtient en 2005 son prix mention très bien avec félicitations du jury. La même année, elle est lauréate du concours international de violon « Heifetz ».
Elle travaille parallèlement la musique de chambre en formation Duo violon / piano auprès d’Alain Meunier, et obtient en 2006 le prix mention très bien.
De 2006 à 2008 elle travaille avec Suzanne Gessner au C.R.R. de Paris, ensuite admise au C.N.S.M.D.P. en master dans la classe de Svetlin Roussev, elle y obtient le diplôme mention bien en 2010, avant de suivre auprès de Theodor Paraskivesco et Boris Garlitzky un troisième cycle de musique de chambre en formation duo violon, piano.
En 2011, elle intègre l’Orchestre national du Capitole de Toulouse.
Chiu-Jan Ying est régulièrement invitée à se produire en musique de chambre dans de nombreux festivals en France.

Publicités