Lundi 3 octobre 2016 à 20h00

UN SOUFFLE GERMANIQUE 

Clara SCHUMANN :
3 romances op. 22 pour hautbois et piano

Robert SCHUMANN :
Fantasiestücke op. 73 pour basson et piano

Robert SCHUMANN :
Adagio et allegro op. 70 pour cor et piano

Wolfgang Amadeus MOZART :
Divertimento K. 439b pour hautbois, basson et cor

Ludwig VAN BEETHOVEN :
Trio en sol majeur pour hautbois, basson et piano

Louis Seguin, hautbois
Marion Deleplancque, basson
François Lugue, cor
Jean-Sébastien Borsarello, piano

Du classique Mozart au romantisme des époux Schumann, ce n’est pas le vent d’autan mais un souffle germanique qui tourbillonne ce soir. Les quatre instrumentistes nous font découvrir des transcriptions pour leurs instruments. Ainsi les Romances initialement écrites pour violon par Clara Schumann, dédiées au célèbre Joseph Joachim, ou bien les Fantasiestücke pour clarinette en la et piano de Robert Schumann, succession de trois pièces brèves composées en février 1849. Le Divertimento de Mozart avait semble-t-il été composé pour trois cors de basset, mais les éditeurs du XIXè siècle l’ont tour à tour transcrit pour cor de basset et basson, ou clarinettes et basson. Ce soir nous entendons l’arrangement pour hautbois, basson et cor. Le trio de Beethoven faisait lui aussi appel à une autre instrumentation : flûte, basson et piano.
Seul l’Adagio et allegro de Robert Schumann a été composé pour cor, en une journée, peu après les Fantasiestücke, enthousiasmé par l’apparition du cor à trois pistons d’Uhlmann.

Coralie Zamuner

Image : S. Plancade

Image : S. Plancade

Réserver et payer vos billets en ligne en cliquant sur l’image ci-dessous, ou choisir un autre mode de réservation.

Publicités