Les interprètes

Benoît Chapeaux, violoncelle
Benoît Chapeaux est né en 1976 à Dijon. Il commence l’étude du violoncelle à l’âge de six ans à l’E.N.M. de Chambéry et obtient une médaille d’or à l’unanimité quelques années plus tard. Il travaille en parallèle, dès l’âge de dix ans, avec K. Heitz. Il poursuit ses études à l’École normale de musique Alfred Cortot (classe de G. Fleury) qui le marquera très fortement dans l’apprentissage de son instrument par les influences de ses maîtres P. Fournier et G. Hekking. À l’issue de son passage à Paris, il obtiendra les diplômes supérieurs d’exécution et d’enseignement à l’unanimité. En 1995, il rentre dans la classe d’Y. Chiffoleau et P. Gabard au C.N.S.M. de Lyon. Il obtient quatre ans plus tard son D.N.E.S.M. (mention très bien).
Il consacre son temps depuis à sa passion pour l’orchestre et se produit à l’Orchestre national de Lyon, l’Orchestre de l’Opéra de Lyon et l’Orchestre de Paris. Il reçoit les encouragements de M. Janowski et M. Plasson, ce qui lui permettra de venir travailler régulièrement à l’Orchestre National du Capitole de Toulouse.
Benoît Chapeaux rejoint les rangs de l’Orchestre National du Capitole de Toulouse en 2003, à l’issue du concours de violoncelle tuttiste. En parallèle il suit les cours de perfectionnement de Lluis Claret.
En 1996, il fonde le Quatuor Alexander, quatuor de violoncelles avec Gaël Seydoux, Luc Dedreuil et Jérôme Lefranc. Ils se produisent dans divers festivals en région Rhône-Alpes, Bretagne, Picardie, Île de France, Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon. Ils reçoivent les conseils de François-René Duchâble. Ils enregistrent un disque consacré à la musique contemporaine sous le label Polymnie (Intégrale distribution) récompensé par Le Monde de la musique. Ils sont les dédicataires de Après : Ein… Es Praeludium de Gilbert Amy.

Chi-Yuen Cheng, hautbois
Né en 1992 à Hong-Kong, Chi-Yuen Cheng commence le hautbois à l’âge de 8 ans avec Yiu Song-Lam. Il intègre la Hong Kong Academy for Performing Arts où il obtient son Bachelor Degree avec la mention « First Class Honours ». Il entre en 2014 en master au C.N.S.M. de Lyon dans la classe de Jean-Louis Capezzali et Jérôme Guichard, et obtient son master avec la mention « Très bien avec félicitations du jury à l’unanimité ». Il a également pu bénéficier des conseils de Gordon Hunt, Christian Schmitt, François Leleux, Thomas Indermühle, Ramon Ortega Quero ainsi que Maurice Bourgue et a pu travailler avec Jacques Tys, Davis Walter et Sébastien Giot. Durant ses études, il est lauréat de nombreux concours internationaux ; il remporte le premier prix au 5ème concours Giuseppe Ferlendis (2012), un deuxième prix au 41ème concours de l’IDRS (USA, 2012), un premier prix au 1er concours asiatique de l’IDRS (2011) ainsi que le deuxième prix du 9eme concours du Conservatoire de Pékin (2011). Il s’est produit en soliste avec l’Orchestre philharmonique de Thaïlande, l’Orchestre philharmonique de Aspen ainsi qu’avec l’orchestre de la Hong Kong Academy for Performing Arts. Il s’est également produit en récital à travers l’Europe (Portugal, Espagne, Italie, Allemagne, Suisse et Autriche), ainsi qu’aux États-Unis et en Asie. En 2016, il est nommé hautbois solo de l’Orchestre National du Capitole de Toulouse.

Alexandre Dalbigot, violon
Alexandre Dalbigot est né en 1976 à Toulon. Il commence ses études musicales à l’âge de huit ans au C.N.R. de Perpignan. En 1991, il obtient une médaille à l’E.N.M. de Ville d’Avray dans la classe de Maurice Moulin et un Premier Prix à l’unanimité au Concours Leopold Bellan à Paris. Après un Premier prix d’excellence au C.N.R. de Rueil-Malmaison, et le premier prix d’excellence au Concours UFAM à Paris, il entre au Conservatoire national supérieur de musique de Paris dans la classe de Gérard Poulet. En 1994, il est Violon solo de l’Orchestre de la Sorbonne. Après son premier prix au C.N.S.M. de Paris en 1995, il est intermittent du spectacle, violon tuttiste et co-soliste dans les orchestres de Pau et de Bayonne. Il joue avec le Quatuor Arnaga et en duo alto-violon avec Vincent Cazenave-Pin. En 2004, il entre à l’Orchestre National du Capitole de Toulouse en co-chef d’attaque puis véritablement par un concours de l’Orchestre sous la direction de Tugan Sokhiev. Il est également membre du Quatuor Darius créé par les deux solistes de l’O.N.C.T., Fabien Mastrantonio et Vincent Pouchet.

Aurore Dassesse, violoncelle
Née à Bruxelles en 1991, Aurore commence le violoncelle à l’âge de sept ans. Après avoir étudié avec llia Laporev et Justus Grimm, elle est admise à la Chapelle musicale Reine Elisabeth dans le cycle « jeunes talents exceptionnels » à l’âge de douze ans. Elle a ensuite étudié avec Hélène Dautry au Conservatoire à rayonnement régional de Paris.
Depuis 2012, Aurore étudie avec Gustav Rivinius à la Musik Hochschule de Saarbrücken en Allemagne. Après avoir obtenu son bachelor et son master, elle se perfectionne actuellement en diplôme de soliste.
Parallèlement, elle a participé à des masterclasses données par Ivan Monighetti, Vladimir Mendelssohn, Jean-Guihen Queyras, Susan Moses, Vladimir Perlin, Wolfgang Emanuel Schmidt, Gary Hoffman et Natalia Gutman.
Aurore a remporté plusieurs concours, y compris le concours « Jeunes musiciens R.T.B.F.», le concours Breughel et le concours européen pour jeunes solistes au Luxembourg. Elle est également lauréate du concours national du Lions club et du concours européen de violoncelle Edmond Baert. En Novembre 2012, elle a remporté le concours « Young belgian talent 2013-2015 », elle a été alors sponsorisée pendant trois ans par le Bayard Partnership.
Passionnée par la musique de chambre, Aurore est membre de l’Ensembl’Arenski, trio à clavier, avec lequel elle s’est perfectionnée de 2013 à 2015 à la Chapelle musicale Reine Elisabeth sous la direction du quatuor Artemis.
En 2017, l’Ensembl’Arenski est lauréat du concours Supernova leur permettant d’accomplir une belle tournée de concerts en Belgique et de promouvoir leur premier disque (label Etcetera).
De 2012 à 2016, Aurore est membre de l’Orchestre des jeunes de l’Union Européenne. En janvier 2018, elle intègre l’Orchestre National du Capitole de Toulouse.

Jacques Deleplancque, cor
Après des études entreprises dès l’âge de sept ans, sous la houlette de Paul Cantin, Jacques Deleplancque, originaire du Pas-de-Calais, s’affirme comme l’un des cornistes les plus précoces et talentueux du cor moderne. Un cursus brillant auprès de Georges Barboteu au C.N.S.M. de Paris est récompensé par un premier prix de cor à l’unanimité ainsi que de musique de chambre. Sa formation sera alors complétée par Dale Clevenger, soliste du Chicago Symphony Orchestra. Dès l’âge de 18 ans, il est nommé cor solo de l’Orchestre national de Lille (J.-C. Casadesus), puis soliste de l’Orchestre de la Communauté Européenne (C. Abbado), de l’Ensemble Intercontemporain durant douze ans (P. Boulez), de l’Orchestre national de France durant trois ans (C. Dutoit). Enfin, depuis 1995, il est soliste à l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, sous la direction de Michel Plasson puis de Tugan Sokhiev. Ses différentes activités l’ont amené à se produire dans les plus grandes villes du monde en tant que soliste et sa carrière est jalonnée d’enregistrements reconnus par les critiques, le dernier, Mélodies de Gounod avec François Le Roux, étant récompensé par un Diapason d’or. Aujourd’hui, parallèlement à ses activités, passionné par la pédagogie, il est professeur de cor au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, à l’Ecole normale de Paris et à la Haute école de Lausanne.

Laura Ensminger, alto
L’altiste Laura Ensminger débute sa vie musicale à l’âge de six ans, à Marseille, sa ville natale. Elle y rencontre des professeurs inspirants qui lui donneront très vite le goût pour la musique et particulièrement pour la pratique de l’alto. Profondément attachée à cet instrument, elle décide, après son bac, de se perfectionner et de s’orienter vers le métier de musicienne professionnelle. Elle obtient son 1er prix du Conservatoire de Marseille dans la classe d’Alain Pélissier, et poursuit sa formation auprès de Françoise Gnéri, d’abord au Conservatoire de Rueil-Malmaison, puis au Conservatoire national supérieur de Lyon. Elle y développe sa passion pour la musique de chambre, notamment en quatuor, et suit les conseils de Zoltan Toth et Reiko Kitahama. Parallèlement, elle est sélectionnée pour participer à plusieurs sessions au sein de l’Orchestre français des jeunes et du Gustav Mahler Orchestra. Elle effectue en 2011-2012 un séjour Erasmus très enrichissant à Lübeck en Allemagne, dans la classe de Barbara Westphal. Durant cette période, elle est également stagiaire à l’Orchestre N.D.R. de la radio, à Hambourg. Elle intègre en 2013 l’Orchestre National du Capitole, et évolue ensuite, pour occuper actuellement le poste d’alto co-soliste. A côté de l’orchestre, la musique de chambre occupe toujours une part importante dans sa vie de musicienne.

Eléonore Epp, violon
Eléonore Epp, née à Strasbourg en 1992, commence le violon à l’âge de 3 ans grâce à la méthode Suzuki. Après plusieurs cursus au Conservatoire de Strasbourg puis au Conservatoire de Paris, elle est admise à l’unanimité en 2011 au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris dans la classe de Stéphanie-Marie Degand et Catherine Montier où elle a pu se perfectionner et ainsi obtenir son master avec la mention très bien en 2016.
Elle est par ailleurs titulaire du Diplôme d’Etat de professeur de violon, afin d’avoir la chance de partager et de transmettre ses connaissances et son expérience avec le plus grand nombre.
Dans le but d’évoluer dans une phalange orchestrale, elle a eu la chance de pouvoir travailler avec de grands chefs tels que Herbert Blomstedt, Mikko Franck ou encore PaavoJärvi au sein de l’Orchestre de Paris ainsi que de l’Orchestre National de France.
Elle est membre de l’Orchestre National du Capitole de Toulouse depuis janvier 2016.

Juliette Gil, alto
Après ses études au C.N.R. d’Angers, elle entre au C.N.S.M. de Paris où elle obtient une première médaille de solfège spécialisé (classe de Jacqueline Lequien), un premier prix d’alto (classe de Serge Collot) et un premier prix de musique de chambre (classe de Christian Lardé). Elle y étudie également l’harmonie et le contrepoint et participe aux cours de musique de chambre de Jacques Parrenin, David Walter, Maurice Bourgues et Roland Pidoux. Professeur à l’école de musique de Mulhouse, titulaire du C.A., elle entre à l’Orchestre National du Capitole de Toulouse en 1993 et participe à de nombreux concerts de musique de chambre en région toulousaine.

Pierre Gil, violoncelle
Pierre Gil commence ses études musicales au C.N.R. de Bayonne où il suit les cours de Jacques Doué. Il obtient très jeune les médailles d’or de solfège, musique de chambre et violoncelle. En 1984, il entre au C.N.S.M. de Paris où il étudie le violoncelle avec Philippe Muller et la musique de chambre avec Maurice Bourgue, Jacques Parrenin et Roland Pidoux. Il y obtient deux premiers prix en 1988. Durant cinq ans, il est violoncelliste à l’Orchestre symphonique du Rhin à Mulhouse. Il participe à de nombreux concerts dans la région : il est violoncelle solo de l’orchestre de chambre La Folia et membre fondateur du Quatuor Arkan. Depuis 1994, il est violoncelle solo de l’Orchestre National du Capitole de Toulouse.

Marie Girbal, violoncelle
Originaire d’Amiens, Marie Girbal débute le violoncelle à l’âge de cinq ans. Elle est récompensée des premier prix et prix d’excellence à l’unanimité du jury des conservatoires d’Amiens et de Rueil-Malmaison, puis poursuit ses études au sein du pôle supérieur de Paris/Boulogne-Billancourt dans la classe de Xavier Gagnepain. Elle se perfectionne ensuite à Londres, ou elle est admise dans l’académie du London Symphony Orchestra, et obtient en 2012 un Master avec Distinction de la Royal Academy of Music.
Passionnée de musique de chambre et d’orchestre, Marie se produit sur les grandes scènes et festivals internationaux au sein entre autres du Gustav Mahler Jugendorchester en tant que violoncelle solo. Elle joue sous la baguette de grands chefs tels que Bernard Haitink, Sir Colin Davis, Daniele Gatti, au Musikverein de Vienne, Concertgebouw d’Amsterdam, Royal Albert Hall à Londres, Festival de Salzburg, etc. Elle est également invitée à participer à des académies de musique de chambre et masterclasses internationales telles que l’Académie de Santander en Espagne, et l’Académie Gustav Mahler en Italie, où elle reçoit des masterclasses de Wolgang Boettcher, Ivan Monighetti, Miklos Perenyi, Arto Noras. Marie a été membre de l’Orchestre national de Belgique et de la Young European String Camerata de 2012 à 2014 et a récemment intégré l’Orchestre National du Capitole de Toulouse.

Kristi Gjezi, violon
Il commence le violon avec son père Spiro Gjezi. Après des études au conservatoire de Bordeaux, il entre au C.N.S.M. de Paris à l’âge de 13 ans dans la classe de Patrice Fontanarosa. En 2005, Il est 1er prix au Concours international de violon d’Avignon (Ginette Neveu). Deux ans plus tard, il remporte son diplôme de formation supérieure de violon mention très bien à l’unanimité du jury au Conservatoire supérieur de Paris et intègre alors le cycle de perfectionnement dans la classe de Jean-Jacques Kantorow et Svetlin Roussev.
Kristi Gjezi est également lauréat des concours internationaux de violon T. Varga, P. de Sarasate & D. Oistrakh (2008-2009-2013).
Habitué des festivals et scènes classiques en France (Orangerie de Bagatelles, Festival musical d’automne des jeunes interprètes, Petit Palais, Cité de la musique, Archives nationales, etc.) il se produit également en Europe (Suisse, Espagne, Bulgarie, Roumanie, Kosovo, …) en musique de chambre et en soliste avec de nombreux orchestres (Orchestre Pasdeloup, Opéra de Marseille, Orchestre Symphonique de Navarre, Orchestre Philarmonique de Pleven, Moscow State Orchestra, Orchestre de la Radio à Tirana…). Invité de France Musique (invité dans l’émission de Gaëlle Legallic « dans la cour des grands »), Kristi Gjezi a également été soutenu par la fondation Natexis Banque Populaire et a bénéficié d’un violon G.B Guadagnini de 1784, prêté par la fondation Zilber de 2007 à 2009.

Benoît Hui, cor
Né en 1991, Benoît Hui commence l’étude du cor à 16 ans au conservatoire de Rennes. Ses études le mèneront à intégrer plusieurs conservatoires : Nantes, Tours, Gennevilliers et le Conservatoire régional de Paris où il obtient un diplôme de perfectionnement à l’unanimité avec les félicitations du jury. Il rentre en 2014 à l’unanimité au Conservatoire national supérieur de musique de Paris dans la classe de Jacques Deleplancque .
En janvier 2018, il est invité au concours de Cor grave au « Berliner Philharmoniker ».
Benoît occupe depuis janvier 2016 le poste de Cor grave à l’Orchestre National du Capitole de Toulouse.

Laura Jaillet, violon
Laura Jaillet commence le violon à l’âge de sept ans. Après avoir étudié au Conservatoire de Dole et de Dijon, elle part se perfectionner en Finlande, à Turku puis à l’Académie Sibelius d’Helsinki où elle obtiendra son Bachelor en 2011 dans la classe d’Alexander Vinnitski.
Elle décide ensuite de poursuivre ses études en Allemagne, tout d’abord à la Musikhochschule de Detmold dans la classe d’Elina Vähälä puis à la Musikhochschule de Mannheim dans la classe de Marco Rizzi où elle obtiendra son Master en 2014. Passionnée par la musique de chambre elle se produira en concert avec le quatuor Talich, les Solistes du Metropolitan Opera de New York, le Scharoun Ensemble de l’Orchestre philharmonique de Berlin ainsi qu’avec son quatuor Althea et son trio Taraxis avec lesquels elle aura l’opportunité de se perfectionner grâce aux conseils des quatuors Alban Berg, Prazak, Auryn, Danel et Manfred.
Parallèlement, elle intègre de 2010 à 2012 l’Orchestre des jeunes de l’Union Européenne sous la direction de V. Ashkenazy puis poursuit dans la voie orchestrale en tant que co-soliste à l’Orchestre du Teatro San Carlo à Naples, puis violon solo à l’Orchestre du Teatro Lirico de Cagliari en Sardaigne. Elle sera membre pendant deux années de l’Orchestre de la radio de Saarbrücken en Allemagne avant d’intégrer en septembre 2017 l’Orchestre National du Capitole de Toulouse.

Jean-Baptiste Jourdin, violon et alto
Après avoir terminé ses études de violon, analyse, musique de chambre et harmonie au Conservatoire national de région de Nice, Jean-Baptiste Jourdin entre au Conservatoire national supérieur de musique et danse de Lyon dans la classe d’Annick Roussin et Laurence Ketels en 2005. Son intérêt pour l’orchestre va l’amener à faire de nombreux stages en orchestres de jeunes tels que l’Orchestre des jeunes de la Méditerranée en 2004, l’Orchestre français des jeunes sous la direction de Jesús López Cobos en 2004 et Jean-Claude Casadessus en 2006, le Jeune orchestre Atlantique (interprétation des répertoires classique et romantique sur instruments d’époque) en 2006, puis le Gustav Mahler Jugendorchester (orchestre international de jeunes) sous la direction de Herbert Blomstedt avec une tournée en Europe en 2008. Au C.N.S.M.D. de Lyon, c’est dans la classe de Zoltan Toth et Reiko Kitahama (membres du quatuor Ravel) qu’il fonde le quatuor Palmer qui s’est notamment produit en 2008 au festival Musicades à Lyon. Jean-Baptiste Jourdin a obtenu en 2010 son Master II de violon mention très bien à l’unanimité dans la classe de Marie Charvet et Nicolas Gourbeix. Il a par ailleurs eu l’occasion de travailler avec des personnalités comme Patrice Fontanarosa, Elisabeth Balmas, Laurent Korcia. Jean-Baptiste intègre l’Orchestre National de Lyon en 2009, puis l’Orchestre National du Capitole de Toulouse en janvier 2014.

Inessa Lecourt, piano
Inessa Lecourt est une pianiste de l’école russe. Elle a commencé sa carrière professionnelle à Nijni Novgorod comme soliste et artiste d’orchestre philharmonique et comme accompagnatrice au conservatoire supérieur. En arrivant en France en 1995, elle obtient les diplômes français : D.E. d’accompagnement et C.A. de professeur de piano. Depuis 1998, Inessa Lecourt est le chef de chant au Conservatoire de région de Toulouse. Elle continue ses activités artistiques comme soliste, artiste de musique de chambre et comme accompagnatrice des chanteurs et des instrumentistes. Elle travaille souvent en collaboration avec l’Orchestre National du Capitole de Toulouse.

François Lugue, cor
François Lugue commence le cor au Conservatoire à rayonnement régional de Nantes dès l’âge de 7 ans dans la classe de François Merand. Il étudie en parallèle le piano et intègre en 2011 le C.N.S.M. de Paris dans la classe d’André Cazalet (cor solo à l’orchestre de Paris). Il s’est déjà produit dans de nombreux orchestres en France tels que l’Orchestre centre Tours, l’Orchestre Pasdeloup, l’Orchestre des Pays de la Loire, l’Orchestre de Pau, etc.) mais aussi à l’étranger (Orchestre de l’Oural avec lequel il s’est produit aux Folles journées de Nantes, l’Orchestre de la Spira Mirabilis en Italie, ainsi que l’international Mahler orchestra en Allemagne). Il intègre en novembre 2013 l’Orchestre National du Capitole de Toulouse en tant que 2e/3e cor, sous la direction de Tugan Sokhiev.

Claire Pélissier, alto
Née en 1965, elle commence le violon au conservatoire du Mans à l’âge de 7 ans. Elle obtient un premier prix de violon à l’unanimité au C.N.R. de Saint-Maur en 1983 et l’année suivante un premier prix d’alto à l’unanimité. De 1984 à 1987 elle poursuit ses études au C.N.S.M. de Paris dans la classe de Colette Lequien où elle obtient les premiers prix d’alto et de musique de chambre. Après avoir participé à diverses pièces de théâtre dans la compagnie Renaud-Barrault, joué dans des ensembles de musique contemporaine et l’Orchestre National de Jazz, elle rentre en 1992 à l’Orchestre National du Capitole de Toulouse.

Joséphine Poncelin de Raucourt, flûte
Diplômée des conservatoires supérieurs de Rotterdam et de Paris, Joséphine Poncelin occupe depuis 2016 une place de flûtiste et piccoliste à l’Orchestre national du Capitole de Toulouse. Elle s’est formée au sein de l’Orchestre des jeunes des Pays-Bas (NJO) et de la prestigieuse académie du festival de Lucerne, d’où son goût pour la musique contemporaine, et a acquis de l’expérience professionnelle à l’Orchestre National de France, l’Orchestre Philharmonique de Rotterdam ou l’Opéra National de Lorraine.
Curieuse, avide de partage, et soucieuse de transmettre sa passion à un public plus divers et plus mixte, Joséphine a également suivi des formations de musiques du monde, d’ethnomusicologie, de chant, de pédagogie et de médiation culturelle.

Mylène Poulard, basson
Née en 1991, Mylène Poulard débute ses études musicales à 11 ans à l’ENM d’Alençon. Elle prend goût rapidement au basson et décide d’en faire son métier. Mylène intègre donc le CNR de Caen 3 ans plus tard. Elle se perfectionne avec Marianne Montac, Jean-Claude Montac et Henri Roman.
En 2008, elle entre au Conservatoire national supérieur de musique de Paris dans la classe de Gilbert Audin, basson solo à l’Orchestre de l’Opéra de Paris, et Philippe Hanon, basson solo à l’Orchestre national de France. Elle joue alors avec l’Orchestre français des jeunes, l’Orchestre philharmonique de Radio France, l’Orchestre de Caen, celui de Mulhouse et l’Orchestre national du Capitole de Toulouse. En juin 2010 elle obtient son diplôme de fin d’études à l’unanimité avec une mention très bien.
Mylène intègre l’Orchestre National du Capitole en octobre 2011 au poste de 2ème basson jouant le contrebasson. Parallèlement à son activité à l’orchestre, elle donne régulièrement des concerts de musique de chambre au sein de diverses formations.

Marianne Puzin, violon
Marianne Puzin commence le violon à sept ans, avec la méthode Suzuki puis dans différents conservatoires de région parisienne. Admise en 2009 à la Haute école de musique de Genève, elle effectue son cursus de bachelor dans la classe de Robert Zimansky, puis obtient les diplômes de master en interprétation et master de pédagogie auprès de Sergey Ostrovsky. Attirée par la pratique orchestrale, elle participe plusieurs fois à des orchestres de jeunes comme l’Orchestre français des jeunes et le Gustav Mahler Jugendorchester. A l’issue de ses études musicales, elle intègre l’Orchestre de chambre de Genève, enseigne en privé et collabore régulièrement avec l’Ensemble symphonique Neuchâtel et l’Orchestre de chambre de Lausanne. Elle est membre de l’Orchestre National du Capitole de Toulouse depuis avril 2017.

Floriane Tardy, clarinette
Originaire de Saint Marcellin (38) où elle débute la musique, Floriane poursuit ses études à Lyon avec Didier Reymond puis en région parisienne auprès de Florent Héau et Bruno Martinez. Elle intègre le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris en 2009 où elle obtient une licence de musique de chambre avec son quintette à vents Néodyme et en juin 2014 un master de clarinette à l’unanimité avec félicitations du jury au sein de la classe d’Arnaud Leroy et Philippe Berrod.
Lauréate du premier prix et du prix Pierre Salvi du Festival musical d’Automne des jeunes interprètes (FMAJI) en 2012, elle a pu se produire plusieurs fois en interprétant les concertos et pièces de virtuosités du répertoire de la clarinette. Elle a également été invitée en juillet 2015 à se produire en soliste lors du Congrès international de clarinette à Madrid.
Passionnée par l’orchestre, Floriane a joué au sein de l’Opéra de Rouen Haute-Normandie avant de rejoindre en janvier 2015 l’Orchestre National du Capitole de Toulouse en tant que clarinette solo.